KBZ : Le Réseau KOKIN France OutreMer

KBZ : Le Réseau KOKIN France OutreMer

le comming out amis famille décision dificile commen ca c passé pour vous ?
x

lou


alors toi X cmt ça c'est passé ?
x

pour moi ya ke deux amis ki connaissen ca il sont hétéro pur et dur il ne supporte pas les homos pour tan ils zon bien aceptés paradoxalement mé bon notre troi se connai depuis tt petit et le peti coté comique de listoire ces que il le savai déja il on atendu juste que je le leur disent a mes deux amour lol.
x

enfin ca c bien passé apres coté famille ces vraimen plus délica ma mère seulemnt qui sai mé mon pere vos mieu pas enfin jaten encor
lou


BJR (je reviens, préparation de noel au boulot me prenait un sacré temps)Un coming out ce n'est pas quelque chose de léger c'est irréversible avec des conséquences immenses car des changements s'opèrent volontairement ou involontairement chez autrui .Les habitudes changent ,les regard, et même une certaine considération dans votre propre famille car c'est pas souvent que la majorité des membres accepte cette décision même si yo té ka soupconné.Personellement je n'ai pas fait mais c clair ds ma famille ils doivent savoir (a mon avis) il y a des signes qui ne trompent pas car en observant on peut voir des choses et cela m'arrive ,donc si je peux voir ,les autres peuvent voir également pour moi en m'observant . Mais bon tant que le sujet ne l'a pas verbalisé il se sent "couvert" même si des soupcons sont légions. Il y a aussi le changement de comportement des personnes qui vous sont proches (amis collègues camarade) qui dans leur quotidien cela ne posait pas problème mais CE COMING OUT les met également sous les projecteurs car ils vous fréquentent eh oui ,l'interprétation est quelque chose de tenace ,et a partir du moment que l'on vous voit ensemble vous ètes catalogué de manière évidente . Donc un coming out ce n'est pas l'affaire qu'on décide d'un claquement de doigt en se réveillant un bon matin . Je crois qu'il faut une certaine dose de préparation afin de faire face a plusieurs facteur de déstabisation en tous cas les premiers temps je crois .

Bonjour,
Je tiens tout d'abord à féliciter KBZ pour la mise en place du site et sa gestion qui me semble excellente. Dommage je n'en connaissais pas l'éxistence à l'époque...
J'ai 26 ans, je suis en métropole depuis 8 ans, j'ai eu ma première expérience homo il y a 5 ans et j'ai un copain stable depuis 2 ans. Je me suis décidé à parler de mon homosexualité à ma belle mère l'année dernière dans le but qu'elle m'aide à préparer mon père à la nouvelle. Je n'avais pas l'intention de l'annoncer à mon père avant l'année d'après voire plus tard en réalité. Je voulais juste qu'elle m'aide à lui faire comprendre que l'homosexualité n'était pas une maladie ou une possession démoniaque avant. Erreur malheureusement ma belle mère a attendu de me mettre dans l'avion retour pour la métropole et l'a dit tout de suite à mon père. Finalement elle m'a rendu service bien que je lui en aie voulu au début. Je n'avais pas le courage d'affronter mon père qui soit dit en passant est homophobe. Je lui ai écrit une lettre de 3 pages afin de lui raconter toutes les étapes avant que j'assume mon homosexualité (faire l'amour à une fille, les envies suicidaires pour éviter de tout dire, les crises de nerf, les aventures homosexuelles) Pendant plusieurs conversations téléphoniques avec mon père, j'ai tout entendu sur l'homosexualité: possession satannique, démons, tares transgénérationnelles, l'enfer, le sida et les mst je vous passe tous les clichés. J'ai été obligé de lui raccrocher au nez à plusieurs reprises. Mon père a beaucoup insisté pour que je revienne cette année pour discuter mais il a choisi le déni et fait comme s'il y avait une chance que je fasse marche arrière. Nous n'en n'avons pas encore vraiment parlé il y a seulement eu des allusions en tout cas la réaction était beaucoup moins violente que celle à laquelle je m'attendais... Souvent on a tendance à voir le pire mais ce n'est pas toujours le cas. Je fais tout de même attention car c'est sur qu'il n'a toujours pas digéré puisqu'à l'heure actuelle il est dans la fuite de la réalité. En tout cas il a eu le temps de se faire à l'idée grâce à la distance, le choc aurait été beaucoup plus violent en face à face et je n'aurais certainement pas eu le courage de tout lui dire.
J'espère que mon histoire pourra inspiré certaines personnes.
LOU


A YAYOA ton commentaire reflète un peu ce que je dit cependant il y a un changement qui s'opère et il faut savoir l'accepter donc en somme et je me répète il faut une certaine préparation afin de faire face a ce genre de décisions . PLEIN de bonnes choses a toi que ton chemin soit rempli d'amour .

Merci Lou beaucoup de bonnes choses pour toi aussi, il faut se préparer ce n'est pas une décision à prendre à la légère et être suffisamment fort pour accepter les changements, mais attention à ne pas être paralysé par la peur de ce qui peut arriver sinon on ne fait rien...
Honnetement je n'ai pas de regret je suis beaucoup plus tranquil dans ma tête.

1 appréciations
Hors-ligne


Dernière modification le 08-07-2014 à 23:31:43
LOU

Bjr xXx gwada j'ai bien aimé ton analyse ,je vais également dans ton sens cependant chaque personne est unique et c'est cette unicité qui fait que de manière bizarre il y a des comportements différents(positif ou négatif )LE COMING OUT est-t'il le fait réellement que tout le monde doit le savoir ou les personnes les plus proche comme papa et maman? .En effet comme tu dis plus haut beaucoup de personnes ont une vie teintés de choses plus ou moins compromettantes pour certains ,mais ces différentes choses ne font pas parti du TABOU de manière viscérale car cette chose appelé TABOU a la peau DURE très dure malheureusement et tu l'exprime bien en disant QU'UNE MERE PREFERE QUE SON FILS SOIT DELINQUANT QUE"MAKOMè"; Mais chaque personne vit la chose de manière différente et malheureusement il y a qui souffrent beaucoup plus que d'autres en faisanr face .C'est a ce moment qu'on voit si on a des amis sincères autour de soi ou pas qui vous acceptent avec votre mode vie ,ou les membres de la famille vous soutiennent ou pas . On ne finira pas d"analyser les comportements et conséquences de ces choses là . PLISS FOSS A VOUS

x

oui c vrai les maman acept plus facilemen que les père pour cause le on dit et cest souvent percu comme une honte familliale voire meme une maladie ou malédiction et il est toujour plus facile de dire des commérrage sur quelkun que de regarder la vérité en face surtou sur sa propre vie qui des fois nes pa meillieure en pour moi on a souven parlé derrire mon dos et en face me regardé avc sourire une hypocrisie pathéthique.

pour la religieuse franchement ces vraimen une pauvre conne de penser sa excuser l expréssion et pardonner moi seigneur meme tes "représentant" sur terre ne sont pa fiable moi jorrai répondu a la religieuse que je préfere que mon fils soi homo pluto kl aille voir le prete pour se faire baiser lol et devienne déliquant lol mdr.
KrG

Ce soir, je prends toute la mesure du « PLISS FOSS » qu’on voit souvent fleurir sur les messages de KBZ, ou des autres.

Car messieurs (les demoiselles se font encore rares sur le forum), j’admire cette « FOSS » dont vous avez montrée pour affronter cette épreuve du coming out. Car, j’ai beau retourner le truc dans tous les sens, je ne vois pas ce que ça peut être d’autre qu’une épreuve.
Et contrairement à vous, j’ai pris le parti de rien dire à personne ; pas même à mes amis. Personne.
Alors, c’est dire combien vos récits me laissent admirateur devant tant de « FOSS ».

En même temps, je n’ai jamais osé franchir le pas ; ni sexuellement ni sentimentalement. Je vis dans une indécision : filles ou/et garçons ? garçons et/ou filles ? Les désirs, j’en éprouve pour les deux. Et ce déchirement bloque toute décision de ma part.
Aussi m’est-il impossible d’aller crier (même aux plus proches) que sur le net, j’adore admirer les corps des mecs… J’adore. Parfois j’en rêve, même.

Mais, je ne cacherai pas (même si je me cache beaucoup de choses) que la pression sociale y est pour beaucoup : et avouer cette partie de moi, c’est révéler aux autres qui m’entourent « qu’ils auront échoué ». Même si, je suis persuadé du contraire.
On pourra légitiment penser que je me mens dans cette posture. Je l’assumerai.

Mine de rien, plus ça va (et quelque soit le domaine), plus, j’ai l’impression qu’on ne vit pas pour soi. C’est bien bien triste.
J’en suis presque à ne pas y penser (toute tentative de coming out) pour ne pas avoir à déstructurer mon univers. Je me sais assez déstructuré.
Et c’est presque à contrecœur que je rejoins une partie du discours de xXx-gwada quand il évoque le coming out comme un rite obligatoire qui ferait de toi (mon fils !) un homosexuel confirmé et affirmé. Je n’aime pas les rituels par nature.

Pour l’instant, je remercie le créateur d’internet – qui sans le savoir a peut-être sauvé bon nombres de vie chez les gays (ou bi). Oui, il a permis de déplacer ce refoulement sur un monde virtuel, mais un monde quand même. Je n’ose même pas imaginer si j’avais eu à assumer une telle situation sans internet. J’aurais craqué (dans le bon comme dans le mauvais qui sait ?).
Et c’est vos messages qui me font voir à quel point, pour l’instant, je n’ai pas ou pas assez de « FOSS ».
LOU

Salut xXx GWADA Après reflexions j'ai relu ton commentaire et tu dis quelque chose de pertinent qui m'as interpellé au sujet du coming out : Est-il OBLIGATOIRE ou NECESSAIRE de le FAIRE ouille , là tu remue quelque chose dans le schème de l'ètre humain car tout cela est basé sur des facteurs de construction dans le comportement de chacun de NOUS .La souffrance ,la gène ,l'envie ,que cela peut engendré est incommensurable et personne ne peut le vivre comme l'autre car chaque coming out est unique ,la souffrance est vécu d'une manière personnelle et individuelle car aucune personne ne peut mesurer ce que pourra et peut vivre le sujet qui fait son coming out.Car ce fameux coming ne se vit qu'une fois c'est comme une mort pour certain et une naissance pour d'autres. Mais aller savoir ce qu'on aura quand on décide de le faire personne ne peut savoir.
LOU

SLT A TOUS. Je voudrais faire part a KRG toute ma solidarité ,et je lui envoie "plein de force " je ne l'ai pas fait le coming out . SA CHAUD MËME, mais je vis ma vie ,je ne suis pas mal lotie je tiens le cap et j'essaie de ne pas trop "m'occuper " des autres ,comme tu dis ils ont de quoi s'occuper mais des fois c'est plus fort qu'eux (on s'est compris) JOYEUX NOEL A TOI ET A TOUT LE MONDE

1 appréciations
Hors-ligne


Dernière modification le 08-07-2014 à 23:32:11

Bonjour,
VOus avez beaucoup de courage KRG et LOU ça doit être dur, le coming out n'est pas un rite pour moi c'est une libération afin de pouvoir mener une vie presque normal. Je pense qu'il n'est pas nécessaire de le dire à tout le monde mais le fait de le dire aux parents (ou même semer le doute chez eux) et surtout à ses meilleurs amis permet de vivre une vie à peu près normale. avant que je le dise c'était tres compliqué pour moi d'avoir une vie normale sortie entre pote qu'il fallait dissocier des soirées avec mon mec du moment et surtout tu es perpétuellement en train de mentir, la chou là bas elle te plait? viens on va te la présenter, maintenant que mes proches le savent ou s'en doutent la question ne se pose plus et on fait tous les we avec mon copain des sorties avec mes amis ou les siens. De plus je n'aurais pas fait mon coming out 1 an avant mon histoire n'aurait peut être pas tenu avec mon mec, ne prenez pas mal ce que je vais dire mais imaginons que ma relation actuelle se termine j'aurais du mal à sortir avec un mec pour qui personne ne sait et qui n'est pas prêt à le dire ce n'est pas mon role de le pousser à le faire mais c'est quand meme très compliqué ce genre de relation et cela empêche de poser des bases solides à son couple.

1 appréciations
Hors-ligne


Dernière modification le 08-07-2014 à 23:32:28

Par exemple je commence à envisager de vivre avec mon copain, mon père le vit mal mais on va dire qu'il le digère déjà un petit peu meme s'il est en phase de déni, l'année prochaine je devrais peut être lui annoncer que je m'installe avec mon copain ... ça sera compliqué mais imagine si je n'avais pas fait mon coming out je fais quoi je dis à mon mec que si mes parents viennent en métropole il devra dégager de l'appart et qu'il reviendras quand ils seront partis??? ça j'ai une copine lesbienne qui le fait avec sa copine car elle a pas fait son coming out sa copine accepte... le problème est que tout le monde n'est pas prêt à faire ça à juste titre mon copain lui refuserait que je le foutte dehors comme ça je le comprends et je n'estime pas que ces sentiments sont moins forts pour autant...

Malheureusement c'est très dur mais à ne pas faire son coming out on peut passer à coté d'expérience magnifique, mon père est homophobe aussi LOU le problème c'est que nous aussi nous le sommes devenu c'est contradictoire ce que je te dis mais c'est la vérité un enfant d'homophobe est bourré des clichés de ses parents ce qui fait que l'on projette ces idées sur nos proches en pensant qu'ils nous rejetteront pour tels et tels raisons, quand j'ai fait mon coming out à mes amis c'étaient horribles je leur ai dit individuellement ou à 3 max il fallait que je piccole et à force j'arrivais à leur avouer mon homosexualité en larmes avec beaucoup de suspens.. j'ai une copine qui s'est mise à chialler parce qu'elle croyait que j'allais lui annoncer que j'allais mourir d'une maladie.... Je l'ai dit à tous mes amis proches maintenant plus d'une vingtaine de personnes et le pire c'est que cela m'a fait du bien seulement un an après lol, quand je l'ai dit j'étais soulagé dans les 1à premières minutes mais après j'avais l'impression que ça n'avait pas changé ma vie mais tu découvres le bonheur que c'est quelques mois plus tard en te disant avant je n'aurais pas pu faire ça ... KRG et LOU vous trouverez en vous la force nécessaire pour le faire elle est en vous il vous faudra juste un ou deux déclencheurs...
LOU

BJR YAYOA ta sensibilité me touche énormément ,mais cette force je ne l'ai pas du tout ,j'ai l'impression que si je le dis surtout a un frangin a moi je le perdrais . ça il n'est pas question car j'ai eu a subir une intervention chirurgicale il est venu me voir souvent ,comment il a plaisanté avec moi me disant que je me faisais chouchouté par les infirmières et les aides soignantes (c vrai elles étaient au petit soin pour moi je ne sais pas si c'est le professionnalisme qui sévissait mais j'étais dans un petit cocon,venaient discuter avec moi ,m'achetaient des petites choses ) et mon frère s'en ai aperçu et il avait un sourire radieux car il aime bcp les femmes (c'est un tombeur et j'ai appris des choses qu'il a pu faire avec des filles)donc il me sera dificile de le dire et qu'il l'apprenne . A mon tour de te tirer mon chapeau car pour ce que tu as pu faire faut avoir du CRAN pour le faire déja a ta belle mère ,my god je ne peux pas je préfère savoir qu'il soupçonne que de le verbaliser ah oui .Si je pouvais vous rencontrer KRG xXx gwada et toi yayoa pour discuter cela m'aurais fait plaisir mais nous sommes éparpiller moi en 972 xXx GWADA surement en 971 sais pas KRG toi a paris .Mais bon quelque part on se rencontre a travers ce blog

Coucou Lou, j'espère seulement que ta vie sentimentale n'est pas gachée à cause de ça mais malheureusement pour être passé par là je sais que ça y nuit. Par compte je dois t'avouer que mon CRAN comme tu dis je l'ai eu parce que 2 fois j'avais touché le fond et que je pensais vraiment à me suicider j'avais fait le choix de la méthode à l'époque... ce qui m'en a empéché c'est la mort d'une copine de mon age à l'époque de 21 ans, elle n'a pas eu le choix de vivre ça a été mon premier déclic et c'est ce qui fait que je suis passé à l'acte avec les mecs... après le 2ième déclic m'est venu du fait d'être tombé amoureux de mon plan Q régulier qui lui ne voulait que s'amuser et de devoir mentir à mes amis était devenu trop pour moi... Je te raconte pas ma vie pour bavarder mais pour que tu prennes conscience que c'est très dur affaire et que cela ne se fait pas du jour au lendemain il faut une certaine préparation psychologique pour tout affronter... prends ton temps il le faut mais ne gache pas ta vie à cause des autres tu le regretteras à trop attendre...

En ce qui concerne une rencontre ça aurait été avec plaisir pour discuter mais je repars en métropole dimanche soir, il me reste que demain du coup ça sera compliqué pour moi malheureusement
LOU

SLT YAYOA Merci de partager ces moments avec moi sur le blog je ne savais pas que t'étais dans le 972 en vacances lol repartir le 25 pour rentrer dans le froid BBrrr.Moi je vais essayé d'aller en guadeloupe je serai déja parti mais j'ai des amis qui devaient venir de st domingue mais le visa n'a pas été obtenu . Sinon je fais aller et je me suis résigné tu sais a vivre dans la perspective que les gens savent certainement mais verbaliser han han et je ferais avec que je le veuille ou non avec cet état de fait mais encore merci de tes conseils (piti couté grand grand couté piti) encore JOYEUX NOEL

Merci en tout cas joyeux noel à toi aussi je te souhaite un très bon réveillon et tchimbé rèd
KrG

En effet, yayoa est un peu ce qu’on aurait aimé être ; tu es un peu beaucoup le côté optimiste du « coming out ».
Malgré cela, une partie de moi s’y refuse.
Et c’est en cela que LOU frappe comme toujours juste : le « coming out » est unique. Et rien ne certifie que s’y soustraire, c’est passé à côté des merveilles de la vie. La seule personne qui doit être au fait, et elle le sera forcément, c’est celui avec qui partagera tes sentiments. Le reste (tu me pardonneras, hein), c’est pour la forme.
Non pas que j’ai une méfiance pour la confiance, mais, si mes amis (ou ma famille) doivent être informés, ce ne sera que par la force des choses, ou dit autrement, on laissera la nature faire les choses. Sinon, tant pis.
Je trouve dommage (et c’est mon sentiment seulement) qu’on ait sacralisé autant cette étape dans la vie d’un gay. Ça me rappelle un peu les propos qu’on tient avec l’adolescence, une étape difficile dans la vie (mais qu’est-ce qui ne l’est pas ?) et une fois passée, tous les tourments sont derrières.
Tu m’excuseras d’afficher ainsi mes pensées, mais, elles ne sont en rien certitude : on ne se construit pas sur cette étape. Ça en fait partie, comme ça n’en fait. Tout est question de mesure.
Certains ont éprouvé le désir, d’autres pas (mais, là, je me place plus dans la méthode de monsieur Coué).
Pourtant tu es l’exemple virtuel, et vivant que ton mon propos sonne faux (LOL).
Tant pis.

PS : LOU, effectivement, je suis sur Paris (tu devines juste !), mais en ce moment en Martinique.
Mais avec les fêtes, ce sera très difficile d’organiser une rencontre (même ça, je t’avoue c’est aussi un peu un coming-out) ; je pense retourner bientôt, ça sera avec plaisir, si ça tient encore.
LOU

Coucou a KRG je te comprend a la différence c'est qu'il n'y a aucune crainte de jugement venant de l'un ou de l'autre(quand tu dis même ça c'est un peu coming-out)lol je quitte le département pour des vacances ce 27 je vais dans la caraibe(guadeloupe,antigue ,st martin puis guadeloupe) En cette période de voeux te souhaite plein de bonnes choses ainsi que tous les autres . Merci encore .

1 appréciations
Hors-ligne
Enfin OUF ! quelle souffrance que j'ai endurée durant des années. Une famille nombreuse (frères/soeurs/père/mère) qui m'a accepté comme je suis, alors que je la croyais réfractaire, un divorce après des années de mariage avec une FEMME?????? NB / Je ne suis pas misogyne, des fils qui commencent à m'accepter eux aussi, aucune envie de vivre, des peurs, des doutes injustifiées, des idées noires, des "amis" qui pour la plupart sont devenus "KANMARADES", hélas ! l'envie de fuir mon territoire, bref.... un vrai calvaire ! Aujourd'hui, je suis devenu un "MÂLE-HEUREUX". Je le savais que j'ai toujours préféré depuis mon enfance des "bougs blacks" comme moi, sans pour autant sous-estimé les autres ; question d'affinités.... .J'ai beaucoup souffert et je souffre encore d'un tout autre problème, car je n'aime pas la grande foule, mais je ne supporte pas non plus la SOLITUDE. Vivre SEUL, m'est inconcevable, insupportable. Je vais m'arrêter ici, car j'ai beaucoup de choses à dire, mais je crains les dérapages de langage. Je ne voudrais surtout pas froisser des susceptibilités. C'est encore aujourd'hui pour moi une nouvelle étape que je franchis dans ma vie d'HOMO, en m'exprimant sur ce sujet ici sur ce site. JE SUIS HEUREUX DE LE FAIRE, CROYEZ MOI, Car je pense en même temps aux nombreux mecs qui vivent une situation identique... An ka ba yo fos' la.... je me sens soulagé. C'est comme si quelques grammes avaient été enlevés de cette masse Humaine que je suis... Merci KBZ de m'avoir donné cette opportunité. Tchenbé fô toutt ékipe a KBZ... Kontinyé ban nou fos' la. Nou épi zot. Bonne journée. :)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4219 autres membres